Côte d’Ivoire : Divo pleure ses morts et craint de nouvelles violences





Côte d'Ivoire,Divo,violences


Une semaine après les violences qui ont fait sept morts les 21 et 22 août, le calme est revenu à Divo. Mais rien n’est vraiment réglé. Reportage.
Famoussa Coulibaly grimpe dans son véhicule à la hâte. Le député de Divo (centre-ouest) doit se rendre à une nouvelle réunion de conciliation dans une cour commune de Bada, un des quartiers historiques de la ville. Il est en retard et ça ne le rassure pas. « Bada est un point chaud. Les gens sont en colère. Alors vous comprenez, être en retard ce n’est pas l’idéal », explique cet homme de 44 ans, au ton mesuré et à la barbe drue, élu en 2016 sous la bannière de l’Union pour la démocratie et la paix (UDPCI, d’Albert Mabri Toikeusse) et aujourd’hui membre du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).
Le calme est revenu après les violences meurtrières des 21 et 22 août, mais dans le fond, rien n’est vraiment réglé. Sur place, le député est attendu de pied ferme par quelques dizaines de personnes. Tout le monde se lève pour Bobi, le chef traditionnel et son élégant chapeau noir. On se donne les nouvelles puis Famoussa Coulibaly prend la parole : « Pardon pour tout ce qui s’est passé. Tous ceux que j’ai écoutés sont dans le regret. Nous sommes tous meurtris. Je vous demande d’oublier ce qui s’est passé et de prier Dieu pour qu’il puisse nous apaiser, pour que cette situation n’arrive plus. » Lire la suite sur jeuneafrique.com

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le G20 allège temporairement le fardeau de la dette des pays pauvres

Deux personnes tuées par la foudre à Lossogo