CPI, Fatou Bensouda persiste : "je continuerai de faire tout mon possible pour que les auteurs des crimes les plus graves répondent de leurs actes"





CPI,Fatou Bensouda


La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda n’est pas prête à lâcher du lest envers les auteurs de crimes odieux infligés aux enfants.
Dans une vidéo postée sur la page Facebook de la CPI, la procureure dit être plus que déterminée à tout mettre en œuvre pour que les auteurs de crimes abominables répondent de leurs actes 
"Conformément à mon mandat, je continuerai de faire tout mon possible pour que les auteurs des crimes les plus graves du monde répondent de leurs actes, en enquêtant et en poursuivant efficacement les principaux responsables d’atrocités, y compris celles qui sont perpétrées contre des enfants ou ayant un impact sur eux », a averti, la gambienne Fatou Bensouda, ajoutant qu’en tant que Procureure, elle a souventes fois été témoins de « crimes abominables infligés aux enfants".
Fatou Bensouda qui trouve décourageant de voir que dans le monde entier, des dizaines de milliers d’enfants sont incorporés dans des groupes armés et doivent subir les terribles conséquences des conflits, pense que ces crimes doivent choquer la conscience collective.

Poursuivant, elle a ajouté que ces crimes contre les enfants sont parmi les violations les plus odieuses des droits fondamentaux.

"Face à la souffrance des garçons et des filles, en temps de conflit, l’empathie seule ne suffit pas. Nous devons agir pour les protéger", a-t-elle conclu.

Cette position coïncide avec la décision de Khartoum de remettre à la CPI, quatre soudanais recherchés pour crimes de guerre.

Parmi les personnes recherchées, figure l'ex président Omar el-Bécrire,  incarcéré depuis sa destitution en avril 2019 à Khartoum. 

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/Couverture de l’élection présidentielle de 2020 : Un journaliste américain veut partager son expérience avec le Gepci

5e Journée internationale contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes : les journalistes ivoiriens ont fait l’Etat des lieux