Ouattara se discrédite encore plus !







Après neuf (9) ans à la tête de l’Etat, c’est maintenant que Ouattara constate le retard dont serait victime la région du Hambol. Ce président nous a tellement habitué à ses incongruités qu’on est à se demander à chaque fois qu’il ouvre la bouche qu’elle sera la prochaine. Le président ivoirien Alassane Ouattara a entamé mercredi 27 novembre une visite d’État de quatre jours dans la région du Hambol, dans le centre-nord du pays. « Nous allons écouter, voir ce que nous pouvons faire, à partir de maintenant, jusqu’en 2020, 2025 ou 2030. Cette région a connu beaucoup de retard. Il faut que cela puisse être rattrapé », a déclaré Alassane Ouattara (ADO). Alors que, les difficultés des populations de cette région sont connues de tous. Il s’agit entre autres de l’effet galopant de la pauvreté du fait de la mévente des produits agricoles, de la sècheresse, de l’orpaillage clandestin etc.Un homme politique est jugé sur sa parole. Il tire sa crédibilité du respect de ses engagements et non de ses éternelles promesses sans suite. Les précédentes campagnes électorales pour la présidentielle ont été de belles occasions pour Alassane Ouattara de promettre monts et merveilles. Partout où il est passé, il a arrosé les populations et les départements de promesses de milliards et de grands travaux. Il s’est présenté en messie, en sauveur des populations s’il était élu. Depuis avril 2011, il est au pouvoir. Les localités du nord n’ont pas bénéficié des milliards qu’il leur avait promis. Le même Ouattara se retrouve en ce moment dans cette partie de la Côte d’Ivoire. Il devrait avoir courage de faire un bilan à mi-parcours des promesses faites sur lesquelles il joue toute sa crédibilité. Il est irresponsable de sortir encore de nouvelles promesses en oubliant les précédentes qui attendent d’être concrétisées. Des écoles sont toujours sans toits, des enfants obligés de s’asseoir à même le sol. Pas d’eau potable, pas de médicaments dans les hôpitaux, pas de routes. Ce sont les Ivoiriens dans leur diversité qui doivent répondre si effectivement Ouattara a apporté le changement qualitatif promis. Ouattara se retrouve sur les terres du nord et reconnait malheureusement que le retard est toujours pendant. Au Nord comme partout en Côte d’Ivoire, Ouattara est, après neuf ans à la tête de l’Etat, rattrapé par ses fausses propres promesses.

Michel Beta

Partarger cet article

En lecture en ce moment

La nouvelle loi sur l’affiliation protège l’enfant et la mère (Ministre)

Revue de presse : La monnaie unique de la CEDEAO et Guillaume Soro alimentent l’actualité de ce lundi