Lutte contre le tabagisme : Comment Debordo Leekunfa, Tina Glamour et Yodé ont violé la loi anti-tabac





lutte-contre-le-tabagisme-comment-debordo-leekunfa-tina-glamour-et-yode-ont-viole-la-loi-anti-tabac

Tina Glamour , Debordo Leekunfa , et Yodé, ont violé la loi anti-tabac



Ce n’est un secret pour personne, le tabac et ses produits dérivés sont une réelle menace pour la santé des consommateurs et leurs entourages. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce sont cinq millions de personnes qui meurent dans le monde chaque année, dont cinq mille en Côte d’Ivoire. Tout en contribuant à l’appauvrissement des personnes, le tabagisme est nuisible à plusieurs niveaux. Il est un véritable danger pour la nappe phréatique, il détruit la couche d’ozone par l’émission de monoxyde de carbone et il pollue l’eau.

Une étude menée en 2018 montre qu’un seul mégot de cigarette peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau et que la durée de vie d'un mégot est comprise entre 12 et 20 ans.

Pour lutter contre ce fléau, les autorités ivoiriennes ont adopté la loi n ° 2019-676 du 23 juillet 2019 relative à la lutte anti-tabac conformément à la Convention cadre de l'OMS pour la Lutte antitabac en abrégé (CCLAT). Cette loi impose un certain nombre de restrictions qui devraient logiquement permettre de réduire le nombre de consommateurs des produits du tabac en Côte d’Ivoire. Cependant, force est de constater que ces lois sont complètement ignorées par nombre de populations y compris par des célébrités. À propos des célébrités, le cas est tellement flagrant, qu'il est bon d'en citer.

Tina Glamour, Yodé, Debordo Leekunfa, quelques célébrités qui ont violé des articles de la loi anti-tabac

Suivies par des millions de personnes sur les réseaux sociaux, de nombreuses célébrités ivoiriennes, violent, à dessein ou par ignorance des dispositions de la loi anti-tabac. C’est le cas de la mère de feu Dj Arafat, Logbo Valentine alias Tina Glamour. En janvier 2022, elle a dévoilé un produit tabagique qui porte le nom de son défunt fils. "Je vais vous présenter une nouvelle marque de tabac, ce qui est intéressant, c'est que c'est à l'effigie de Daishi. Quand on me demande la permission, quand on me respecte, quand on vient vers moi pour dire voilà, on veut utiliser l'image de votre fils et que je valide, voilà ce que ça donne, c'est un tabac qui est bio, et qui est destiné aux consommateurs de chicha. Ça sent bon, c'est agréable, parce que le Daishi est agréable '', a vanté Tina Glamour dans une vidéo publiée sur sa page Facebook suivie par plus d’un million de personnes.

Bien qu’étant la mère de l’icône de la musique coupé-décalé, Tina Glamour, venait là d’enfreindre l’article 14 de la loi anti-tabac qui prescrit que ‘’ la publicité y compris la publicité transfrontière, la promotion, la propagande directe ou indirecte en faveur du tabac et des produits du tabac, le sponsoring, le parrainage et le mécénat, en tout lieu, sous toute forme et nature, est interdite. II est également interdit toute autre communication en faveur du tabac et de ses produits". 

Selon l’article 25 de ladite loi, Tina Glamour encourt une peine " d'emprisonnement d’un à trois ans et d’une amende de 10.000.000 Fcfa à 100.000.000 Fcfa ou de l’une de ses peines seulement… ‘’

On peut également reprocher au célèbre chanteur Zouglou, Yodé, compagnon de Siro, d’avoir également violé la loi anti-tabac en postant le 6 juin 2022, sur la page Facebook du duo artistique, suivie par plus de 800 mille personnes, une photo dans laquelle on l'a aperçu au bord d’une piscine avec une cigarette en main et un paquet de cigarette posé sur une table à côté de lui.

L’artiste coupé décalé, Debordo Leekunfa, n’est pas exempt de tous reproches en la matière. Lui, qui a posté le 6 avril 2022 sur sa page Facebook disposant de plus d’un million d’abonnés, une vidéo dans laquelle il était en train de fumer un cigare. 

Ces actions de Yodé et Debordo Leekunfa peuvent être considérées comme des scènes tabagiques qui se définissent, selon la loi anti-tabac, comme tout ‘’événement racontant un récit ou toute représentation, notamment filmographique ou théâtrale, dans laquelle apparaît ou joue une personne qui fume ou exhibe un produit du tabac. Pourtant, l’article 18 dit clairement que "la diffusion de toute scène tabagique est interdite à travers tout moyen de communication". En réalité, comme ces célébrités qui devraient contribuer à lutter contre le tabagisme parce que considérées comme des modèles, de nombreuses personnes ignorent l’existence de loi anti-tabac.

                                                                        La cigarette ne se vend pas en détail    

Cette loi, en son article 9, mentionne que ‘’ la vente à l'unité du tabac ou des produits du tabac est interdite ‘’ et ‘’ toute vente des produits du tabac s'effectue au minimum par paquet de 20 cigarettes".
En clair, un boutiquier et autre vendeur de cigarettes n’a pas le droit de vendre moins de 20 cigarettes à un individu. Autrement dit, pour fumer une seule cigarette, il va falloir en acheter au moins 20. Quand on sait que la cigarette coute en moyenne 35 Fcfa (Trois à 100 FCFA), c’est donc la somme de 700 Fcfa que le fumeur doit débourser pour s’offrir une seule cigarette. Ce qui n’est pas forcément évident pour ceux qui n’ont pas suffisamment de moyens financiers notamment les élèves et les sans-emplois.

                                                       Une disposition ignorée par nombres de boutiquiers

"Qu’est ce tu dis là, c’est toi qui m’apprend ça", nous a lancé un boutiquier dans la commune de Yopougon qui dit ignorer cette restriction. Ce boutiquier et tous les autres qui enfreignent cette loi s’exposent, selon l’article 23 de loi anti-tabac, à une amende de 1.000. 000 FCFA à 5. 000. 000 de FCFA. Et en cas de récidive, ils pourraient même être interdits d'exercer leurs activités sur le territoire ivoirien.

                                                                Il est interdit de fumer dans les lieux publics

L’article 19 est l’un des articles les plus violés de cette loi. Il mentionne ceci : ‘’ Il est interdit à toute personne d'exposer autrui à la fumée du tabac et des produits du tabac. Il est également interdit de fumer dans les lieux publics clos ou ouverts au public, ou à usage collectif et tout lieu qui constitue un lieu de travail, ainsi que dans les moyens de transports publics ‘’. Pourtant, il est courant de constater que de nombreuses personnes fument en public sans en être inquiétées. De plus, il existe des nouveaux produits comme la chicha qui est librement consommée par de nombreux jeunes gens dans les maquis et boites de nuits, malgré la mesure de fermeture des différents lieux dédiés à sa consommation.

                                                                  De la responsabilité des autorités compétentes

Le constat est évident, la loi anti-tabac est pour l’instant méconnue par une grande majorité des populations ivoiriennes, y compris les célébrités. Ce qui est dû à un manque de communication. Pourtant, ce ne sont ni les moyens logistiques et financiers ni les compétences qui manquent. Un important travail de communication s’impose donc. 

En premier lieu, il faudra donc accentuer les messages de sensibilisation et tout autre action de communication dans les médias traditionnels (journaux, radio, tété) et dans les nouveaux médias (digital et presse en ligne). 

Il faudra également s’appuyer sur les célébrités ou les influenceurs qui sont très suivies sur les réseaux sociaux. 

Des actions-terrains aussi s’imposent pour mieux sensibiliser et éduquer la population. Sinon, toutes ses dispositions et lois adoptées n’auront été prises que pour mourir dans les tiroirs. Pendant ce temps, le tabac continuera de tuer dans les rangs des fumeurs actifs et passifs. Hélas!

Gael ZOZORO

En lecture en ce moment

Le directeur de l’hôpital général d’Adzopé relevé de ses fonctions

Drogba Didier affiche ses intentions de devenir président de la Fif