Procès des pro-Soro : Soûl To Soûl réaffirme sa fidélité à son "patron", Rigobert Soro fond en larme





proces-des-pro-soro-soul-to-soul-reaffirme-sa-fidelite-a-son-quotpatronquot-rigobert-soro-fond-en-larme


Au procès des pro-Soro qui a cours actuellement, au palais de justice d’Abidjan-Plateau, Souleymane Kamaraté alias Soûl To Soûl a ouvertement réaffirmé son soutien à celui qu’il appelle son patron, Guillaume Soro.
"Je maintiendrai cette fidélité et cette loyauté à Soro Guillaume jusqu'à ma mort", a-t-il lancé. Ajoutant que s’il y avait un choix à faire entre ce dernier et l’État qu’il sert en tant que diplomate, il choisirait sans hésiter l’ancien député de Ferké. De toutes les façons, pense-t-il, il est en prison pour sa loyauté et sa fidélité à Guillaume Soro.
Souleymane Kamaraté a également dit avoir l’impression qu’à travers ce procès, c’est celui de la rébellion qui est en train d’être fait.
S’agissant de la découverte d’armes qui a été faite à son domicile en 2017, le prévenu a préféré ne pas se prononcer sur la question pour des raisons de "secret-défense".
Rigobert Soro, petit frère de Guillaume Soro, n’a pu s’empêcher de fondre en larmes en relatant les conditions de son arrestation et de sa détention. Selon lui, c’est en répondant à une convocation à la préfecture de police qu’il a été menotté, giflé et conduit à la direction de la surveillance du territoire (DST) sans autre forme de procès. Du bureau du directeur de cette direction, selon le prévenu, il s’est retrouvé dans une cellule non aérée ou, d’après lui, il se serait évanoui par manque d’oxygène. Il révèle qu’une fois réanimé, il aurait été battu au point d’avoir tout le corps enflé. C’est là, soutient-il qu’on lui a fait signé un procès-verbal dont il ne se souvient même plus aujourd’hui du contenu. Pour Rigobert Soro qui dit ne pas avoir connaissance d’une quelconque tentative de coup d’État, il se retrouve aujourd’hui en prison juste parce qu’il est le frère de Guillaume Soro. Il a aussi fait des révélations sur les propositions qui lui ont été faites pour qu’il accuse son aîné : la liberté, un grade plus élevé, de l’argent.
Le fait que Simon Soro, l’autre frère de Guillaume Soro en détention, ait dit, le 23 décembre 2019, que son aîné atterrirait au Ghana et que l’affaire est bouclée et gérée, a été interprété comme un plan de déstabilisation du pays. Ce qu’a réfuté l’accusé qui a fait savoir que sa phrase signifiait tout simplement que son frère avait échappé à l’attentat en préparation contre lui.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Adoption de son plan d'action: Le ministère de l'hydraulique veut réajuster ses finances

Revue de presse : Retour en triomphe ou retour en catimini de Gbagbo, la grande équation